Tunisiens, ne jetez plus vos objets électriques défaillants

Mieux que le recyclage, la réparation permet de donner une seconde vie aux objets défectueux et de limiter la quantité de nos déchets numériques. Munie du récepteur endommagé de mon proprio, je me suis rendue samedi à la Maison de l’image pour ma première restart party, organisée par l’association el Fabrika.

Restart party #13 ©Maison de l'image

Restart party #13 ©Maison de l’image

A tour de rôle, les participants prennent la parole et Rihab, l’une des membres fondatrices de l’association inscrit les objets à réparer ainsi que leurs problèmes respectifs. Au programme : un aspirateur qui n’aspire plus, le micro interne d’un PC portable et une souris qui ne fonctionnent plus, mon récepteur TV qui ne donne plus de signal, un grille-pain qui ne s’allume plus, et un tourne disque qui n’a plus été utilisé depuis quinze ans… Les participants prennent place autour des tables et les restarteurs s’empressent de s’installer et d’établir un diagnostic.

« Tu me dis, j’oublie. Tu m’enseignes, je me souviens. Tu m’impliques, j’apprends. » Benjamin Franklin

 

« On va d’abord ouvrir le boîtier », m’annonce Moez, bricoleur depuis l’âge de cinq ans qui fait également l’expérience de sa première restart party. Jusque là, tout va bien, je sais que j’ai besoin d’un tournevis et ça tombe bien, il y en a un sur la table. Encore faut-il savoir dans quel sens le faire tourner ! C’était une chance sur deux, manque de pot, j’ai choisi le mauvais sens.

L’appareil ouvert, je découvre un circuit électronique. Mais, le seul souvenir que j’ai de mes cours de physique au collège est le schéma tracé à la craie d’un circuit ouvert et d’un circuit fermé. Donc, quand Moez me dit qu’on va prendre le multimètre, j’imagine le mètre que j’utilise pour mesurer la taille de mon lit ou bien mon tour de taille. Deux étudiantes en ingénierie assises à ma table m’expliquent la fonction de l’appareil et Moez nous en fait la démonstration.

Restart party #13 ©Maison de l'image

Restart party #13 ©Maison de l’image

Nous mesurons la tension de la prise et des connecteurs que nous sommes obligés de débrancher, mais tout semble en bon état. Il nous faut donc aller plus loin dans l’analyse du circuit afin de détecter l’origine de la panne. Mais, au moment de rebrancher les connecteurs, l’appareil fonctionne de nouveau. Un faux-contact au niveau des connecteurs : voilà pourquoi le récepteur ne fonctionnait plus et paraissait presque bon à mettre à la poubelle !

Tonnerre d’applaudissement de des participants. Il s’agit du deuxième objet réparé, après la souris et suivi de l’aspirateur. Fière d’avoir un récepteur en état de marche et surtout d’avoir compris comment le réparer, je ne peux que compatir en voyant la propriétaire de l’aspirateur sauter de joie en s’écriant : « Enfin, je peux ouvrir et bricoler. Depuis que je suis enfant, mes parents ne me laissent pas toucher. »

Rihab poursuit. « La première fois que j’étais dans un repair café, je me suis prise pour Superman, pas pour Super woman, mais pour Superman. Ici, on ne va pas laisser son objet au réparateur et dire je prends un café, je reviens dans 10 min. Non, tu va prendre le tournevis et tu vas apprendre. »

Myriam, quant à elle, n’est pas membre de l’association, mais elle en est à sa quatrième restart party. « Depuis que je les connais, j’ai acheté du matériel, j’ai réparé des objets chez moi et maintenant je peux aider les autres. […] J’ai même réparer mon Iphone, ça m’a pris deux jours, mais je l’ai fait. »

Avant de se quitter, les objets réparés rassemblés sur une table, chacun explique la démarche opérée lors de la réparation. Seul le tourne-disque et un appareil photo n’ont pas été réparés, faute de pièces manquantes.

Restart party #13 ©El Fabrika

Restart party #13 ©El Fabrika

N.B. En rentrant chez moi, le récepteur ne s’allumait plus, mais je n’ai plus  peur des tournevis et des circuits électroniques. Je suis encore à la recherche de la faille… en attendant la prochaine restart party.

 

The following two tabs change content below.
Limoune
Un citron - qui en a marre qu'on le prenne pour un "citron"- aspire à déconstruire les préjugés sur les "ananas", les "bananes", les "poires", les "marrons", les "melons" et les "ctirons". #halteauxpréjugés

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *