Naufrage tunisien : en quête de vérité

Mère d'un des disparus en Méditerranée lors du naufrage du 6 septembre 2012

En Méditerranée, un drame en suit un autre. Au lendemain du naufrage du 6 septembre 2012, la Tunisie se réveillait avec la disparition de près de 80 citoyens dans la mer Méditerranée qui la relie à l’Europe. Plus de deux ans après ce drame, la mère d’un disparu attend la vérité de la part du gouvernement.

Activiste d’une flottille à une autre

Laura Arau ©Limoune

La dernière fois que je l’ai vue, c’était en décembre 2008, lors de la Marche pour Gaza. Munie de ma rage et de ma fragilité, je faisais la rencontre de Laura Arau sur la route reliant la ville d’el Arish à Rafah. Depuis, cette activiste catalane, sa caméra et son anglais hésitant ont grimpé à bord du navire Mavi Marmara en 2010, puis du voilier Estelle en 2012.

Timbuktu, un orientalisme à peine voilé

A l’affiche dans plusieurs salles tunisoises, le film Timbuktu d’Abderrahmane Sissako fait la part belle à l’image, à l’esthétique, à l’émotion quitte à faire vivre aux spectateurs le récit d’un ailleurs fantasmé. Onirique et à destination d’un public occidental, Timbuktu a intrigué Guenda, blogueuse italienne et moi-même et nous proposons ici de relever des représentations orientalistes du film sur lesquels rebondit la Tombouctienne Faty avec son expertise du terrain.

Impardonnable anniversaire

Hommage à Shaimaa al Sabbagh. Tunis. ©Limoune

Ceux qui gardent l’espoir d’une révolution en marche se font rares, et le nombre de personnes scandant encore « Révolution jusqu’à la victoire » s’est réduit le jour où Shaïmaa al-Sabbagh a été ciblée par trois balles policières sur la place Tahrir alors qu’elle s’apprêtait à y déposer une fleur en hommage aux martyrs de la révolution du 25 janvier 2011.

Tunisiens, ne jetez plus vos objets électriques défaillants

Restart party #13 ©Maison de l'image

Mieux que le recyclage, la réparation permet de donner une seconde vie aux objets défectueux et de limiter la quantité de nos déchets numériques. Munie du récepteur endommagé de mon proprio, je me suis rendue samedi à la Maison de […]

Et si nous, usagers, nous faisions grève ?

Métro tunisien absent de notre paysage depuis plus de 24h. © Limoune

Depuis la grève sans préavis des transports publics tunisois débutée hier à 17 h, les rails du métro de la capitale sont devenus le terrain de randonnée de bon nombre de Tunisiens. Certains, ce matin, ont opté pour le covoiturage, mais les rails sont encore peuplés d’usagers. A notre tour de lancer notre appel à la grève.

Déboires aéroportuaires libyens

Airbus A320 de Libyan Airlines ©Wikimedia Commons

Au tableau d’affichage de l’aéroport de Tunis-Carthage, Tripoli a disparu, mais deux nouvelles destinations ont fait leur apparition : Tobrouk et Labrag. « Tonton, Tobrouk, c’est en Libye, mais Labrag, c’est où ? »Une voix se fait entendre : « Labrag, c’est en Libye, je viens de là-bas. » Décryptage. En Tunisie, nous avons fini par croire qu’il n’y avait qu’un seul aéroport libyen, celui de Tripoli, mais il semblerait qu’il y en ait d’autres, dispersés dans tout le pays. Ces terrains d’atterrissage qui bien qu’étant équipés pour les vols internationaux, ont été cantonnés au rôle d’aéroports intérieurs pendant le règne de Mouammar Kadhafi.